La composition d’un tableau

Les grandes lignes de la composition d’un tableau :

compo

Une explication non exhaustive du tableau :

Pro deo amor dist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvareio *…

*Pour l’amour de dieu, je jure d’employer désormais toutes mes forces autant que Dieu m’en donnera le pouvoir à…

Voilà bien un engagement fort et qu’il est bien difficile de tenir selon ce que l’on met à la suite de cette phrase…

Le tableau dans sa composition autour des triangles montre deux chemins de vie possibles.

L’un partant du raisin, symbole du plaisir,  passant par les deux pavots bleu  et la bouche centrale symbole de l’amour divin. L’autre partant du compas, symbole de la nécessaire mesure en toutes choses et passant par la tulipe dans ses trois états (bouton, éclosion et mort prochaine) et par la bouche centrale également.

Quelle voie suivre ? Nul ne sait… mais chacun peut changer de voie en passant par l’amour divin…

Les deux petits triangles invitent à réfléchir à la citation d’Hermes Trismégide : « tout ce qui est en bas et comme tout ce qui est en haut ». Remarquez où se posent les pointes des triangles. Cela a surement un sens…

Par ailleurs le chiffre 3 se retrouve de nombreuses fois dans la composition : 3 tulipes, trois papillons, trois boutons de pavot, trois bouches…

 

*extrait des Serments de Strasbourg (Sacramenta Argentariae), datant du 14 février 842, signant l’alliance militaire entre Charles le Chauve et Louis le Germanique, contre leur frère aîné, Lothaire Ier. Ils sont tous trois les fils de Louis le Pieux, fils de Charlemagne. Louis le Germanique déclare son serment en langue romane pour être compris des soldats de Charles le Chauve. Charles le Chauve prononce le sien en langue tudesque pour qu’il soit entendu des soldats de Louis. Cette façon de procéder constitue aussi, outre la compréhension par les soldats de l’autre partie, un acte symbolique.

 

 

Peinture à l’ambre : Brève vue d’ensemble

Est-il nécessaire de vanter les mérites de l’ambre en peinture à l’huile? Secret des maîtres flamands des XVe et XVIe siècle, oublié ensuite pendant des siècles, il est redécouvert par Jacques Blockx vers 1860. Le secret de sa dissolution en est toujours bien gardé.

L’ambre permet des effets subtils grâce aux glacis et donne une profondeur rare aux couleurs.

cqt0-3zpl1az2m10h-2mr28

interprétation de « L’ange apparaissant à Saint Joseph en songe » de Georges de La Tour selon la technique des glacis à l’ambre (aucun pigment noir  n’est utilisé dans ce tableau)

 

L’ambre est une résine fossile que l’on parvient à rendre liquide par un procédé qui est tenu secret par les deux seuls fabriquants que je connaisse : J. Blockx et Donald C. Fels. L’ambre a l’onctuosité d’un miel un peu liquide et est de couleur ambrée…Son diluant est l’essence de térébenthine ou l’essence d’aspic. Pour ma part je préfère la seconde qui a plus de mordant.

On peut penser que l’ambre a été utilisée dès la fin du XVème siècle par les maîtres flamands. De nos jours peu de peintres l’utilisent soit par ignorance soit en raison de son prix élevé.

On appelle l’ambre « l’or du peintre ».

Attention! l’ambre est capricieuse et son utilisation en glacis demande une application et une surveillance minutieuse .

L’invention ? – Van Eyck (1382 – 1441)

A cette époque on peint donc à l’eau et on vernit à l’huile. La première découverte de Van Eyck sera qu’une essence volatile -l’essence de térébenthine- permet l’application de ce vernis à l’ombre ou en l’absence de feu. Il tiendra à garder jalousement sa trouvaille en ne livrant jamais une peinture avant que toute odeur ne puisse plus être détectée. La seconde découverte de Van Eyck fut que le vernis mélangé (par accident ?) à la tempera permettait la réalisation de modelés et l’apparition en plan de la troisième dimension. La peinture à l’huile était née. Non pas inventée, mais vulgarisée par les frères Van Eyck.

20160501_103256

Le tableau réalisé tout en glacis donne une vision différente du chef d’œuvre de Georges de La Tour